Filmographie > Le cente-ville

﷯Centre-ville : l'âge des lumières Les Montréalais se pressent sur la rue Saint-Catherine, faisant leurs achats de Noël, lorsque la neige tombe un jour de décembre. Mais au-delà des grands magasins, c’est au centre-ville que sont nées les institutions les plus marquantes de la vie québécoise et canadienne. C’est ici que se dresse l’édifice d’Hydro-Québec qui nous rappelle l’électrification de la province. C’est ici que les joyaux de la famille royale vont être conservés durant la guerre dans les immenses coffres forts de de l’édifice Sun-Life. Et c’est ici, toujours, qu’est née Radio-Canada avant son établissement plus à l’Est. Le centre-ville, espace de culture : la place des Arts, évidemment, mais aussi le Musée des beaux-arts et le théâtre du Nouveau Monde. Ludmilla Chiriaeff, ex-prisonnière d’un camp de travail nazi, arrive à Montréal en 1952, la même année de naissance que Radio-Canada. La Société lui ouvre ses portes et voilà le début des Grands Ballets Canadiens. Le centre-ville, scène de changement social, lieu de parole. Le droit des femmes, la question linguistique ou l’indignation face à la guerre sont toujours revendiqués devant des ambassades, des universités et des bureaux gouvernementaux. Pour qu’un mouvement de contestation existe, il doit s’afficher le long des artères centrales de la ville. Ce n’est pas surprenant donc que les homosexuels se regroupent pour la première fois dans des lieux clandestins du centre. Ils commencent là une longue bataille pour le respect de leurs droits.